Chaudronnier et tuyauteur

Fiche métier Chaudronnier et tuyauteur - Photo © Eiffage construction métallique

Le chaudronnier travaille les métaux (souvent l’acier carbone, parfois l’acier inoxydable, mais aussi les alliages d’aluminium, de cuivre, de nickel, de titane, …) sous forme de tôles (feuilles, plaques) et de barres (profilés, tubes). Dans une centrale nucléaire, il conçoit des ensembles chaudronnés destinés à recevoir un contenant (réservoirs, cuves, échangeurs, …).

Le métier de tuyauteur est un prolongement du métier de chaudronnier. Il réalise des réseaux de tuyauteries qui peuvent véhiculer, selon les cas, des fluides liquides ou gazeux à des températures et à des pressions plus ou moins élevées.

Dans le cadre de leur métier, le chaudronnier et le tuyauteur sont amenés à :

  • lire, décoder et comprendre des plans qui définissent les ouvrages ou les réseaux à réaliser,
  • tracer, découper puis mettre en forme les pièces à concevoir,
  • pré-assembler ces pièces et les installer,
  • effectuer des contrôles de fabrication.

Ils peuvent également mener des opérations de maintenance sur les installations en service : vérification, réparation, modification de circuits de tuyauterie, etc.

Les métiers de chaudronnier et de tuyauteur se sont beaucoup mécanisés, utilisant des machines à commande numérique ainsi que l’informatique pour les activités de traçage.

Sur les gros ouvrages, le travail est réalisé en équipe.

Conditions d’exercice et aptitudes

  • Disponibilité,
  • Mobilité sur les différentes centrales nucléaires,
  • Respect des règles de sécurité et de sûreté,
  • Habilitations mécaniques et électriques,
  • Bonne condition physique,
  • Aptitudes spécifiques selon les postes : travaux sous rayonnements ionisants, travaux en hauteur, à la chaleur, en espaces confinés, port d’équipements de protection individuelle spécifiques…,
  • Facilités dans l’utilisation des outils informatiques.

Qualités requises

  • Bonnes aptitudes manuelles,
  • Capacité à bien communiquer et à analyser les risques liés à l’intervention,
  • Rigueur, minutie,
  • Esprit d’équipe,
  • Attitude interrogative.

Rémunération

Elle est fixée a minima suivant la convention collective de l’employeur. La disponibilité et la mobilité font l’objet de compléments de rémunération. Le salaire brut mensuel est donné à titre indicatif, sans aucun engagement :

Chaudronnier

  • débutant de 1 600 € à 2 100 €.
  • confirmé de 2 100 € à 2 500 €.

Tuyauteur

  • débutant de 1 500 € à 1 900 €.
  • confirmé de 1 900 € à 2 500 €.

Formation et expérience

  • CAP Réalisation en Chaudronnerie Industrielle / Serrurerie métallerie,
  • Bac Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D) ancien Bac STI,
  • Bac professionnel Technicien en chaudronnerie industrielle (TCI),
  • BTS Conception et réalisation chaudronnerie industrielle (CRCI),
  • DUT Génie mécanique,
  • BTS Maintenance industrielle (MI),
  • Licence professionnelle Contrôle Non Destructif,
  • Les formations de soudeur sont également appréciées.

Perspectives d’évolution

Dans tous les secteurs, la maintenance des ouvrages en service constitue une offre d’emplois non négligeable. Après des années d’expérience en fabrication, l’évolution est possible vers des emplois de maîtrise, de bureau d’études ou de méthodes, de contrôle qualité de fabrication.


Télécharger cette fiche métier (PDF)

Consulter / Télécharger la fiche métier

Vidéo

La section chaudronnerie


Formation dédiée

www.snct.org

Qui recrute ?

Voir qui recrute


Offres d'emploi dédiées

Voir les offres d'emploi

Partenaires

  • 1